« La question de l’homme dans la Bible »

 

ANNÉE 2020 – 2021

J’espère que vous allez tous bien et que votre été s’est bien passé. Un petit envoi pour vous dire simplement que nous avons pu arrêter des dates pour les rencontres bibliques et je vous les communique donc:

10/10/2020 de 9h30 à 11h00 à Sainte Anne. L’Apocalypse, un livre original ?
21/11/2020
09/01/2021
06/02/2021
10/04/2021
22/05/2021
12/06/2021

Cela tombe donc toujours un samedi, le matin, de 9h30 à 11h00 à Sainte Anne.

Le thème de l’année est l’Apocalypse. Il y aura sept rencontres dont voici la liste:

1 L’Apocalypse, un livre original ?
2 Signes et symboles
3 La femme et le Dragon
4 L’Enfant mâle
5 Les cavaliers rouge, noir et pâle
6 Les cavaliers blancs
7 Conclusion

Ces dates sont évidemment sous réserve qu’il n’y ait aucun incident sanitaire ou autre pendant l’année. Auquel cas nous essayerons de trouver une solution le cas échéant
Cordialement,
Antoine
 
ANNÉE 2019 – 2020

Bonjour à tous,

Je m’appelle Antoine Sigaudo, et suis séminariste en insertion chez vous, et je viens vous proposer un parcours biblique sur l’Homme. Il se composera de cinq parties, à savoir :
– 1) L’Homme, une créature unique ?
– 2) La Femme, le « Salut » de l’Homme ?
– 3) Grandeur et décadence
– 4) « Voici l’Homme »
– 5) La fin de l’homme et l’Homme de la Fin

Ce parcours se tiendra le samedi, de 9h à 11h, les mois de novembre dans les salles de Sainte-Anne, puis en janvier, mars, avril et mai. Si vous êtes intéressés par cette proposition vous pouvez répondre à ce mail pour vous inscrire, vous recevrez sous peu les informations complémentaires. Excellente journée à vous.
Cordialement,
Antoine

 

1) L’Homme, une créature unique ? : Lors de cette rencontre nous nous sommes arrêtés sur la création de l’homme dans le premier chapitre de la Genèse. L’homme vient à la fin comme sommet de la Création et pourtant peu de choses le différencie du reste. Il possède le même souffle de vie que les animaux mais l’image et la ressemblance de Dieu. Une autre chose, peut-être la plus importante, le texte ne précise pas que l’homme est bon. Mais c’est justement là que l’homme est différent car « si l’homme n’est pas qualifié de « bon », ce n’est pas qu’il soit « mauvais », mais c’est qu’il a été créé libre d’être bon ou non »[1].

2) La Femme, le « Salut » de l’Homme ? : Par ce titre nous ne voulions pas faire une campagne de propagande pour le féminisme ni même pour Aragon mais seulement montrer la complémentarité de l’homme et de la femme que présente le deuxième chapitre de la Genèse. Ici,  ils ne sont pas créés en même temps mais bien en deux étapes bien différentes (l’homme façonné de la terre et la femme bâtie de son côté) et espacées par la création des animaux. Le Seigneur Dieu cherche à faire un véritable « Secours » mot qui est normalement réservé pour parler de Lui (Ps 115, 9.10.11 ; Os 13, 9).

3) Grandeur et décadence : Dans la suite logique et après avoir observé l’ordre originaire de la Création, c’est la chute de l’homme, le péché dit originel. La faute n’est pas d’abord la désobéissance mais plutôt le manque de confiance en Dieu. C’est l’épreuve de la liberté où l’homme doit choisir entre la confiance en Dieu ou en lui-même et nous connaissons sa décision. Ce choix fut lourd de conséquences, et de fratricides en idolâtries l’homme défigura de plus en plus l’image de Dieu gravée en lui.

4) « Voici l’Homme » : À travers encore bon nombre de péripéties nous avons vu que Dieu n’abandonnait pas sa créature à son triste de sort. Même si parfois l’Ancien Testament nous semble rude, il est en réalité plein de prévenance pour l’homme. Il relate la progression de l’homme, ses faiblesses mais aussi sa fidélité, dans sa relation avec son Seigneur et tous les moyens que Dieu met en œuvre pour que l’homme revienne à Lui, c’est ce que l’on appelle « l’Économie  du Salut ». L’étape finale fut l’Incarnation du Fils qui a assumé l’humanité et s’est rendu semblable à elle pour la rendre semblable à Lui. Dans sa Passion Il prend notre apparence défigurée : « Il n’avait plus figure humaine, et son apparence n’était plus celle d’un homme » (Is 52, 14).

[1] A. DE. PURY, Homme et animal Dieu les créa, Labor et Fides, Genève, 1993, p. 65. Souligné dans le texte.